Les élections au Brésil

Publié le par Alexis

Ces jours-ci règnent une effervescence toute particulière dans la rue, les journaux et la télévision. Des dizaines de personnes sur les grandes places de la ville passent leur journée à crier des noms, brandir des banderolles, à la télévision même les sacro saints programmes des novelas (feuilletons) et matchs de foot sont légèrement chamboulés par des messieurs en costard qui expliquent comment ils vont mettre le Brésil sur les rails de la croissance durable et équitable, comment ils vont mettre soudainement fin à la corruption ambiante alors que ça fait plus de 20 ans pour la plupart qu'ils font de la politique.

Il n'y a pas de fumée sans feu. Dans dix jours, le dimanche 1er octobre, vont avoir lieu au Brésil les élections :

- Du président de la république fédérale du Brésil

- Des gouverneurs des 27 états du Brésil

- Des députés fédéraux, des députés de chacun des états et des sénateurs...

Vaste programme ! Il ne s'agit pas d'arriver devant l'urne et de se dire qu'on se décidera en fonction d'un feeling de dernière minute ! Quelques clics seulement par personne, et le paysage politique des quatre prochaines années sera presque intégralement redessiné. Il ne manquera au tableau tout neuf que les maires qui sont élus tous les quatre ans aussi, mais avec deux ans de décalage par rapport aux élections présidentielles et législatives.

Je dis quelques clics car les brésiliens votent avec une petite machine électronique (photo) dont ils sont très fiers. J'ai vu quelque part que les élections brésiliennes étaient les plus efficaces du monde en terme de temps passé dans l'urne par chaque électeur!

 

Pour les présidentielles, Lula est largement favori avec 56% d'intentions de vote au sondage de la semaine dernière. En 2002, quand il avait été élu pour la première fois, il avait suscité une vague d'espoir sans précédant chez les classes populaires et moyennes. Pour la première fois, un président était élu avec un vrai programme de gauche et son passé d'ouvrier métallo semblait à tout le monde un gage d'honnêteté et de franchise politique. Mais il déçut profondément une bonne partie de la population car il préféra s'attaquer d'abord aux problèmes macroéconomiques et à la dette colossale du pays plutôt que de résoudre le problème de la pauvreté des classes populaires. Et surtout parce qu'une immense affaire de corruption impliquant son parti le PT (parti des travailleurs) fut révélée en 2004. Le PT aurait acheté des voix de petits partis pour assurer sa victoire en 2002 et le vote de certaines lois au parlement. Bien sûr Lula nia être au courant de ces malversations, mais personne n'était dupe. Ainsi même Lula, l'enfant du Nordeste, la région deshéritée du Brésil, Lula l'ancien ouvrier en qui n'importe quel Brésilien pouvait se retrouver, était un politique corrompu comme les autres. Un mythe était tombé.

Mais curieusement, la plupart des Brésiliens ont fini par lui pardonner. Nombreux sont ceux qui pensent ici que le système politique brésilien est tellement pourri que même quelqu'un d'honnête comme Lula est obligé de se plier aux règles du milieu pour mieux faire appliquer sa politique !

La semaine prochaine, il aura surtout l'appui des classes populaires. En effet, il a repris à son compte plusieurs aides aux plus pauvres mis en place par le précédent gouvernement, en leur donnant un peu d'ampleur et surtout en les "relookant" pour booster leur rentabilité politique. Maintenant l'aide s'appelle la "bolsa familia", c'est une bourse de 50 R$ par mois (20 Euros) plus 15 R$ par enfant destinées aux quelques millions de familles qui vivent en dessous du seuil de pauvreté. L'équation est simple: 300 millions de Reais dépensés = 20 millions d'électeurs dans la poche...

Tout serait donc joué d'avance? Un Lula charismatique, doté il est vrai d'une vraie vision d'avenir, un véritable champion national comme un certain zizou à qui on pardonne les fautes les plus impardonnables parce qu'en matière d'opinion publique à propos des stars du show biz (foot, politique, etc) les affects l'emportent toujours sur la raison, va-t-il remporter les élections haut la main?

En fait peut-être bien que non ! En 1989 déjà, Lula était favori aux élections présidentielles et quelques jours avant les élections, la Globo, la chaîne privée de télé aussi omnipotente et niaise que deux ou trois TF1 et M6 réunies, avait brisé les rêves du jeune Lula en lançant un pavé rose et baveux en forme de Monicagate dans la mare fétide du PAB (le PAF en version locale)...

Or il se trouve justement que depuis ce week-end, un nouveau scandale de corruption impliquant presque directement Lula s'étale dans tous les journaux de papier et de la Globo ! Il s'agit d'une mallette pleine de billets, de proches de Lula pris dans la main dans le sac en train d'essayer d'acheter une cassette qui prouverait que son principal concurrent est corrompu jusqu'à la moëlle... Lula nie bien sûr, mais va-t-il réussir à redorer son blason à dix jours seulement des élections? Début de réponse demain dans la suite de mon blog, puis le dimanche 1er octobre bien sûr.

Autant vous le dire quand même tout de suite, chez moi comme chez beaucoup d'électeurs, c'est la sensation d'écoeurement total qui prédomine... The show must go on, mais la foi dans le changement a depuis longtemps déserté les lieux...

 

Publié dans vidanobrasil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article