Permis de construire : le suspens, encore...

Publié le par Alexis

Vendredi nous avons rencontré l'intermédiaire qui nous a mis dans la m... jusqu'au cou en nous racontant pednant trois mois que le permis de construire était dans la poche alors que ce n'était pas le cas. Nous lui avons d'abord laissé la parole. Il nous annonce toujours aussi sûr de lui que nous allons avoir une entrevue avec un architecte de la mairie le 1er février et que dès le lendemain nous pourrons commencer à construire notre salle d'escalade. En décodant un peu les mouvements chaotiques de ses mains, les rictus tendus de son visage, c'était assez facile de voir qu'il mentait de A à Z. Enfin je dis ça maintenant que je sais qu'il ment, et qu'on s'est fait avoir par ce mec archi-nuisible qui m'inpire maintenant la plus grande des répulsions, pendant trois mois...

Nous commençons ensuite à lui raconter que nous sommes aller à la mairie et que nous avons découvert qu'il n'a rien fait du tout pour nous à part inscrire notre projet sur une liste d'attente. Comme s'il s'y attendait depuis longtemps, il nous annonce du tac-au-tac qu'il annule le contrat avec nous, et qu'il va annuler la demande de permis de construire déposée pour nous à la mairie pour nous rendre la vie encore un peu plus impossible en nous faisant perdre encore un mois ou deux.

A ce moment-là, j'ai regardé les mains puis les lèvres de Yan et Alexandre, elles frissonnaient, tremblaient presque. Nous avons frisé la catastrophe, bureau renversé, coups de poing dans la gueule... Moi je souriais tellement la situation était surréaliste, et puis finalement nouvelle pour moi. Ce mec qui nous a fait perdre trois mois de notre projet, de notre argent, de notre vie presque, poussait le vice jusqu'à nous envoyer dans les pattes encore un bon vieux dernier coup bas !! Jamais de ma vie je crois j'ai vu s'incarner en face de moi le Mal (celui bien caricatural de notre cher G. W. Bush) d'une manière aussi nette et précise. Pourquoi tant de haine ?! Nous allons comprendre ensuite...

En allant à la mairie nous avons rencontré une architecte indépendante qui nous a paru fort compétente. Son travail consiste essentiellement à obtenir des permis de construire et elle nous a proposé ses services. Trente ans qu'elle travaille à la mairie, elle connaît tout le monde et tous les moyens possibles et imaginables pour obtenir un permis de construire le plus rapidement possible. 

Elle connaît notre ancien intermédiaire. Ce n'est pas exactement son meilleur ami, c'est plutôt bon signe. Elle nous explique que jusqu'à mi-2006, il était très efficace pour obtenir des permis de construire. Il avait en effet un bon ami très bien placé dans le service de délivraison des permis de construire... Mais cet ami a été viré au mois d'août dernier, et depuis notre ex-intermédiaire a perdu son filon et ne travaille qu'au bluff...

 Notre nouvelle architecte ne veut pas nous embarquer dans des plans foireux, en utilisant la bonne amitié qu'elle entretient avec des fonctionnaires de la mairie par exemple. Non, ce sera par un moyen légal. Voire... Elle nous propose une stragégie qui aurait le mérite de débloquer la situation très rapidement, mais qui présente certains risques qui restent à évaluer... Elle a remarqué que sur le cadastre de la mairie qui date de 5 ou 6 ans, il y a déjà un gymnase là où nous voulons contruire le nôtre, avec aucune indication de hauteur ni autre précision. Son idée est de construire rapidement le bâtiment de notre gymnase, de montrer ensuite ce gymnase lors de la visite du contrôleur de la mairie et de faire comme si c'était l'ancien gymnase, puis de demander ensuite un permis de construire pour aménager l'intérieur du gymnase, permis de construire qui sera rapide à obtenir. Nous allons étudier cette possibilité cette semaine, il n'est pas question de prendre des risques inconsidérés. Ce qui est sûr c'est que nous n'avons pas terminé de nous faire des cheveux blancs avec cette histoire...

Pour finir deux photos de notre chantier paralysé, avec un Alexandre désabusé :

 

Publié dans vidanobrasil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article